Revue de presse : musicologie.org, 24 avril 2016

http://www.musicologie.org/16/un_message_d_isabelle_nuit_debout_pour_l_orchestre.html

Un message d’Isabelle : Nuit debout pour l’orchestre et son public au conservatoire de Caen le mardi 19 avril

Notre chroniqueur Alain Lambert qui n’en rate pas une caennaise était au soir du 19 avril à un rendez-vous citoyen d’Hérouville, mais son amie Isabelle était au Conservatoire de Caen et se fait l’échotière de cet événement.

Bonjour Alain,

Tu aurais aimé je crois l’ambiance chaleureuse de soutien au Conservatoire, avec le public debout et bissant avec enthousiasme (on nous avait distribué des petits papiers à brandir à l’entrée de l’orchestre, « Touchez pas aux concerts du mardi » et ainsi, le public a pu, dès le début de la soirée, manifester chaleureusement son soutien), l’interruption après les premières mesures du Songe d’une nuit d’été, la plupart des musiciens s’arrêtent de jouer et quittent leur siège, seul reste le petit effectif d’un orchestre de chambre (ce qui risque d’être le format des prochaines saisons musicales).

Lorsque les musiciens se sont arrêtés de jouer, s’est affiché sur l’écran le slogan : « No Culture, No Future », et le lien internet pour la pétition, avec projection des commentaires postés à l’occasion, et discours de Vincent Jaussaud, qui nous explique ce qui se passe avec la ville, et les conséquences probables (fini les concerts avec l’orchestre au complet (donc des concerts symphoniques grand public, fini les invitations de grands solistes, fini le festival [Aspects] …). Il nous présente aussi les différents statuts des musiciens présents, dont des intermittents parmi lesquels Vahan Mardirossian, dont le contrat vient tout juste d’être renouvelé, et pour un an seulement …

Après l’Ouverture du Songe jouée cette fois en entier, et le concerto de Mendelssohn joué au piano et dirigé par V. Mardirossian, le discours engagé du soliste Pavel Vernikov, pour saluer l’excellence de l’orchestre et rappeler que la musique ne nourrit peut-être pas les corps mais nourrit les âmes, «  la musique est la médecine de l’âme », ce à quoi le public a acquiescé de façon très convaincue !

Et pour terminer cette belle soirée très bien orchestrée sur tous les plans, ses deux bis, des tangos magnifiquement inspirés…

Moi aussi, je me souviendrai de ce concert, un de ces moments qui nourrissent le cœur, un moment où s’est manifestée la force du lien qui nous unissait tous, auditeurs, musiciens, personnel du conservatoire…, un moment de beauté partagée, que nous avons ressenti et apprécié de façon plus intense parce que nous avons pris conscience que cela était menacé,.

En écho à Nuit Debout, le Conservatoire debout !

Isabelle

Revue de presse : Liberté bonhomme, 21 avril 2016

Dessin de presse. Quand Chaunu évoque la crise au conservatoire de Caen

Chaque semaine, le dessinateur Emmanuel Chaunu livre son humeur sur l’actualité. Jeudi 21 avril 2016, il revenait sur la crise au conservatoire.

20160420

La Colore Caen et la crise au Conservatoire : l’actualité de la semaine vue par Chaunu !

Dans notre édition de ce jeudi 21 avril 2016, impossible de ne pas évoquer la crise au conservatoire qui s’enlise et les discussions entre professeurs et président de l’agglomération caennaise. On annonce également une nouvelle course à pied qui arrive à Caen et qui devrait avoir un très grand succès.

Chaunu imagine alors le sportif président de l’agglo Joël Bruneau s’entraîner aux côtés de son vice-président et néanmoins sportif Rodolphe Thomas. En plein conflit avec le Conservatoire , il y a de quoi être un peu perturbé !

Revue de presse : musicologie.org, 20 avril 2016

http://musicologie.org/16/greve_suivie_et_concert_engage_a_caen.html

Grève suivie et concert engagé au Conservatoire de Caen

13043305_610777045752818_2684161412151072474_n

Collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen
Communiqué de presse – mercredi 20 avril 2016

Avec une deuxième grève en trois semaines, les personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen entendent montrer leur inquiétude malgré les annonces du président de Caen la mer Joël Bruneau.

La grève a été fortement suivie, avec près de 65 % de grévistes. À 17h, une délégation composée d’agents en grève, d’élèves et de parents d’élèves se déplace vers la place Saint-Sauveur, en centre ville, instruments au bras. Le but ? sensibiliser les Caennais aux inquiétudes du personnels.

À l’entrée du conservatoire, des spectateurs et des parents d’élèves inquiets des annonces de Joël Bruneau distribuaient des tracts « Ne touchez pas à nos concerts du mardi ».

Malgré la grève, le concert de l’orchestre, prévu à 20h, a été maintenu. Le concert, à guichet fermé, a commencé : la mélancolique Valse triste de Jean Sibelius a pris une signification particulière, comme un témoignage d’un monde en perdition. Puis, l’ouverture du Songe d’une nuit d’été de Felix Mendelssohn commence, lumineuse, transparente. Tout d’un coup, la plupart des musiciens s’arrête puis se lève. Apparaît, projeté derrière l’orchestre un immense « NO CULTURE NO FUTURE ». Les 800 spectateurs applaudissent alors à tout rompre. Durant deux minutes défilent à l’écran des témoignages d’usagers, de spectateurs, d’anonymes et de personnalités qui clament leur attachement au Conservatoire, à l’Orchestre et à la culture. Loin de faiblir, les applaudissements s’intensifient. « Que serait Caen sans ses structures culturelles ? Rien ! », « Parce je suis caennaise. Que ce lieu est magique et que la culture est un droit pour tous. » ou encore « Soyons ambitieux, ne démolissons pas si brutalement ce qui a été bâti depuis tant d’années et de générations. » proclament les témoignages recueillis à travers la pétition en ligne. Deux minutes de standing ovation ininterrompues, le public brandit spontanément les tracts distribués à l’entrée.

 

IMG_9848

Puis, par la voix du violon solo, les personnels en lutte expliquent les raisons du mouvement :

  • malgré les demandes répétées de dialogue de la part des personnels, seul le dépôt d’un préavis de grève permet à ce jour de rencontrer les décideurs et d’entamer un dialogue ;
  • malgré des efforts considérables (570 000 € de moins entre 2014 et 2016) déjà consentis par le Conservatoire-Orchestre de Caen, M. Bruneau souhaite réduire davantage les budgets, mettant en péril la saison musicale ;
  • la Saison culturelle structurée autour des « Mardis en musique » est remise en question, avec la fin programmée des concerts en formation symphonique.

Ce discours terminé, les musiciens reviennent à leur place. Dans un silence lourd d’émotion, l’ouverture de Mendelssohn résonne, en entier cette fois-ci avant d’être ovationnée par le public.

NO CULTURE, NO FUTURE

CONSERVATOIRE – ORCHESTRE DE CAEN. MÊME COMBAT !

Revue de presse : Ouest-France, 20 avril 2016

Conservatoire : « On veut nous endormir »

Daphné Cagnard

Malgré les explications de Joël Bruneau, président de Caen la mer, les personnels du Conservatoire ne décolèrent pas.

conservatoire-de-caen-nouvelle-journee-de-greve-pour-les-personnels

En fin d’après-midi, des musiciens ont joué sur la place Saint-Sauveur, pour alerter le public

La polémique

La grève des personnels a bien été maintenue au Conservatoire, hier, malgré la tentative d’apaisement du président de Caen-la-Mer, Joël Bruneau, lundi. Sur la forme, les grévistes déplorent que la conférence de presse ait eu lieu avant leur réunion de négociation. « Je n’ai pas été acceptée au point presse, cette méthode ne montre pas beaucoup de sérénité de leur part. On veut nous endormir », affirme Dorothea Baritsch, représentante Unsa du personnel (Union nationale des syndicats autonomes).

Concert-action

Sur le fonds, personnels et parents d’élèves affirment que l’Orchestre est menacé, même si Joël Bruneau a affirmé lundi qu’il ne fermera pas. « Si Caen-la-Mer impose à l’Orchestre une réduction de budget et que nous ne pouvons plus payer de musiciens extérieurs, nous devrons diminuer les formats, explique Philippe Bertemont, vice-président de l’Association des parents d’élèves. Or, on tombe dans la musique de chambre, qui est élitiste, alors que le public plus large vient voir des symphonies. »

Pour montrer ce que donnerait une symphonie jouée seulement par les effectifs du corps professoral, le concert d’hier soir a été modifié.

Dans un premier temps, l’orchestre a interprété une symphonie de Mozart au complet, puis en effectif réduit. « D’une part, nous alertons le public sur les possibles conséquences des choix politiques. D’autre part, nous montrons que les personnes à la table de négociation ne connaissent rien de notre métier, soupire Constance Himelfarb, professeure de culture musicale. S’ils veulent replier la voilure, comme ils disent, il n’y aura plus de bateau du tout. »

Revue de presse : Ouest-France, 21 avril 2016

Concert-action au Conservatoire : « Le vide les menace »

Mardi, les musiciens du Conservatoire de Caen ont organié un concert-action, pour alerter le public sur la baisse du budget de l’établissement. Interprétant une symphonie, une partie a été jouée avec l’orchestre au complet, puis avec des musiciens en moins. Xavier Le Coutour, conseiller municipal (Citoyens à Caen-PRG), a réagi à cette action.

« Avec dignité, les musiciens de l’orchestre n’ont pas défendu leurs intérêts, mais leur orchestre, la musique et la beauté. En quittant quelques minutes leurs sièges, ils nous ont montré ce qui menace : le vide. Merci pour cette double leçon, de musique et de politique… »

Revue de presse : La lettre du musicien, avril 2016

http://www.lalettredumusicien.fr/s/articles/4898_256_vent-de-fronde-au-conservatoire-de-caen

Vent de fronde au Conservatoire de Caen

Le mercredi 30 mars, en plein « jour des enfants », le CRR de Caen a gardé porte close. Probablement pour la première fois depuis sa fondation, les professeurs et membres du personnel de l’institution se sont mis en grève : 68 % des professeurs ont suivi le mouvement, ainsi que 100 % du personnel d’accueil.

IMG_9868
Concert du Collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen le 19 avril (DR)

Les causes du courroux sont multiples. Mais elles peuvent être presque toutes reliées à un même événement : la décision de la nouvelle équipe dirigeante de l’agglomération Caen la Mer, arrivée en 2014, de réaliser 480 000 euros d’économie sur le budget du conservatoire en deux ans. Ce qui avait été accepté bon gré mal gré par l’équipe professorale.

Jusqu’à ce que les professeurs découvrent récemment que cette baisse serait en réalité de 570 000 euros. La nouvelle est très mal passée dans un conservatoire qui avait déjà payé un lourd tribut pour atteindre les économies prévues. Le CRR avait perdu quatre postes : un de formation musicale, un de composition, un de basson et un autre de technicien du son. Il avait vu en outre deux de ses classes jusque-là assurées par un professeur d’enseignement artistique être reprises par un assistant – un cours de violoncelle et un autre de danse classique.

La saison de concerts menacés

Même si rien n’est encore officiel, les nouvelles économies pourraient toucher directement la saison artistique du conservatoire. Et notamment les concerts donnés par l’Orchestre de Caen. Ce dernier réunit professeurs et anciens élèves titulaires du diplôme d’études musicales du CRR. Dorothea Baritsch, professeur de violon et déléguée syndicale UNSA, craint que l’étblissement ne soit contraint de remettre en question les Mardis du conservatoire, des concerts hebdomadaires organisés dans les murs de l’institution. « C’est la colonne vertébrale de notre saison, affirme Dorothea Baritsch. Grâce à eux, nous avons fidélisé un public. La salle est pleine régulièrement. Et on a très peur de voir cette dynamique brusquement cassée. »

La déléguée syndicale n’a pas non plus apprécié les chiffres de coût d’un concert de l’Orchestre de Caen avancés par les élus de agglomération lors d’un conseil d’établissement du conservatoire, le 25 mars. « Nous avons demandé qu’ils publient les documents détaillant ces coûts, qui étaient faux, pointe, agacée, Dorothea Baritsch. L’adjointe à la culture de la ville a fini par nous dire qu’ils étaient inexacts… » Quelques minutes avant cette réunion, les élus avaient été accueillis froidement par une centaine de professeurs et élèves silencieux, habillés de noir.

À ces épisodes s’ajoute un autre incident : « Pendant plusieurs mois, l’agglomération n’a apporté aucune réponse au projet d’établissement que nous lui avions communiqué », déplore Dorothea Baritsch. Selon la musicienne, c’est ce silence qui a décidé le directeur, Stéphane Béchy, à donner récemment sa démission pour redevenir un simple professeur.

Marc Pottier, vice-président de la communauté d’agglomération et chargé de la culture, se voulait rassurant lors d’une négociation qui s’est déroulée le 29 mars : « Nous allons lancer une grande concertation pour travailler au projet d’agglomération, dès ce printemps. » L’élu a aussi rappelé que le budget du conservatoire, selon lui de 6,7 millions d’euros annuel pour 1600 élèves, était plus important que celui de Rouen (4,3 millions d’euros pour 1200 élèves) et que les dotations de d’État avaient « dramatiquement baissé […]. Nous percevions 300 000 euros il y a encore trois ans. Mais en 2016, ce sera zéro ».

Une pétition a été lancée pour défendre le conservatoire.

Revue de presse : France 3 Normandie, 18 avril 2016

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/calvados/caen-la-mer/conservatoire-caen-la-mer-sort-de-son-silence-978052.html

Conservatoire : Caen-La-Mer sort de son silence

Pauline Latrouitte

Alors qu’un nouveau préavis de grève a été déposé ce mardi 19 avril par les représentants du personnel du Conservatoire de Caen, l’agglomération de Caen-La-Mer a enfin décidé de communiquer.

confpresseconservatoir
Le président de Caen-La-Mer Joël Bruneau (LR) et son vice-président à la culture Marc Pottier (PS)

Le 30 mars dernier, le conservatoire-orchestre de Caen donnait de la voix, en faisant grève pour la première fois de son histoire (70% de grévistes). Le motif ? Des restrictions budgétaires drastiques depuis 3 ans, un directeur qui démissionne…

« Nous avions négocié 480 000 € en mois sur deux ans et en fait on nous ponctionne de 570 000 € », expliquait sur notre antenne, Dorothée Baritsch, déléguée UNSA à  Caen-la-Mer, le 30 mars dernier.

Conférence de presse de l’agglomération de Caen

Les élus ont commencé par citer quelques chiffres :

  • La baisse des dotations de l’Etat, passant de 400 000 euros en 2013 à 50 000 cette année.
  • Un élève représente 4170 euros, contre 2700 à Angers et 3600 à Nantes.

Harmoniser le projet pédagogique sur toute l’agglomération

Dans ce contexte, l’agglomération de Caen a décidé de revoir sa copie. L’idée ? Proposer sur tout le territoire la même offre aux enfants, qu’ils fréquentent le conservatoire de Caen ou n’importe quelle école de musique de l’agglomération.

Comment ? C’est toute la question. Une mission va être créée pour établir un schéma de réorganisation , et ce en concertation avec les professeurs et la future direction du conservatoire. « Nous nous donnons du temps pour orchestrer ce shéma pour la rentrée 2017-2018 ».

Quant à l’orchestre, sa diffusion va être repensée, en fonction de ces contraintes budgétaires. Il devra lui aussi organiser des concerts un peu partout dans l’agglomération de Caen-La-Mer.

Les élus ont rencontré les représentants du personnel cet après-midi à 15H30, avant une nouvelle réunion prévue ce jeudi.

Une pétition est toujours en ligne et a déjà recueilli 3091 signatures, à ce jour.

Revue de presse : Ouest-France, 18 avril 2016

http://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/baisse-du-budget-du-conservatoire-caen-la-mer-rassure-les-personnels-4171169

Baisse du budget du Conservatoire : Caen-la-Mer rassure les personnels

baisse-du-budget-du-conservatoire-caen-la-mer-rassure-les-personnels
Joël Bruneau et Marc Pottier ont assuré qu’il n’y avait « aucune menace sur les fondamentaux de l’établissement ». | Ouest-France

Cet après-midi, Joël Bruneau, président de Caen-la-Mer et Marc Pottier, chargé de la culture, ont voulu « remettre les pendules à l’heure » au sujet du budget du Conservatoire.

Depuis trois semaines, le Conservatoire de Caen connaît plusieurs mouvements de grève. En cause, des baisses de budget de fonctionnement, et la crainte de voir disparaître l’Orchestre de Caen.

« Certains ont fait courir le bruit qu’on irait à l’économie facile et que l’on fermerait l’Orchestre, a expliqué Joël Bruneau, président de Caen-la-Mer. Ce n’est pas parce que nous réaffirmons la vocation première du Conservatoire, qui est l’enseignement artistique, que l’on va nier l’existence de cet Orchestre. »

« Aucune menace sur les fondamentaux »

Il y aura, en effet, des coupes budgétaires, puisque l’accompagnement financier de l’État au Conservatoire est passé de 400 000 € à 50 000 € depuis 2013. « Il n’y a aucune menace sur les fondamentaux de l’établissement, rassure Joël Bruneau. Mais, dans le contexte de raréfaction des moyens, nous avons donné des pistes d’économies pour l’année à venir. Nous en parlerons ensuite avec les différents acteurs du Conservatoire. »

Revue de presse : France 3, 20 avril 2016

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/restrictions-budgetaires-la-grogne-continue-au-conservatoire-de-caen-979478.html

Restrictions budgétaires : la grogne continue au conservatoire de Caen

Le mouvement de grève du Conservatoire de Caen contre les restrictions budgétaires se poursuit. Mardi, lors d’un concert donné autour des œuvres de Mendelssohn, les musiciens ont voulu marquer un moment symbolique.

Dans la continuité du mouvement de grève débuté le 30 mars, les musiciens du Conservatoire de Caen ont mené « une action coup de poing » mercredi soir. Lors du concert donné autour des œuvres de Mendelssohn, ils se sont arrêtés de jouer au deuxième morceau pour signifier ce que serait, selon eux, le conservatoire après les coupures de budget.

La grogne se poursuit au Conservatoire de Caen face aux restrictions budgétaires qui lui sont imposées. Mardi, lors d’un concert donné autour des œuvres de Mendelssohn, les musiciens ont voulu marquer un moment symbolique. Ils se sont arrêtés de jouer au deuxième morceau et sont sortis de scène pour signifier ce que serait, selon eux, le conservatoire après ces coupures de budget.

Un moment symbolique, accompagné par la phrase « No culture, No future » projetée derrière l’orchestre. Des témoignages d’usagers, de spectateurs, de personnalités et d’anonymes clamant leur attachement au Conservatoire et à la culture se sont ensuite succédé.

Le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen explique les raisons du mouvement de grève par :

  • l’absence de dialogue avec les décideurs. Seul le dépôt d’un préavis de grève ayant permis à ce jour une rencontrer.
  • de nouvelles restrictions budgétaires mettant en péril la saison musicale, malgré des efforts considérables (570 000 € de moins entre 2014 et 2016) déjà consentis par le Conservatoire-Orchestre de Caen.
  • la remise en question de la saison culturelle structurée autour des « Mardis en musique », avec la fin programmée des concerts en formation symphonique.

orchestre
© France 3 Normandie

Revue de presse : Ouest-France, 16 avril 2016

http://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/la-mobilisation-se-poursuit-au-conservatoire-4169128

La mobilisation se poursuit au Conservatoire

la-mobilisation-se-poursuit-au-conservatoire1

Un préavis de grève a été déposé pour mardi 19 avril.

Dans un communiqué envoyé hier, le Conservatoire – Orchestre de Caen annonce qu’il poursuit sa mobilisation. Lundi 18 avril, les employés vont se concerter lors d’une assemblée générale, pour se prononcer sur le maintien de la grève et les actions à venir. Un préavis de grève a été déposé pour le lendemain, mardi 19 avril.

« Les personnels déplorent la casse d’un service public de qualité au nom d’économies qui représentent une goutte d’eau dans le budget global de Caen-la-Mer », stipule le communiqué du Conservatoire et de l’Orchestre de Caen.

Lancée le 1er avril, la pétition en ligne, a récolté près de 2 900 signatures. Mercredi 20 avril à 18 h 30, une réunion publique d’information est organisée au conservatoire par l’Association des parents d’élèves du conservatoire.