Revue de presse : Liberté bonhomme, 26 mai 2016

Toujours des économies à réaliser

cp2016-05-20-pdf-google-chrome-630x0

Les personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen dans la salle du conseil de Caen la mer mercredi 18 mai 2016

Depuis le mois de mars, le personnel du Conservatoire de musique de Caen s’inquiète de l’avenir de la structure, après l’annonce de la baisse importante du montant de la subvention.

Après une rencontre avec le maire de Caen, mercredi 18 mai, dans un communiqué, le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen relève que Joël Bruneau évoque : « Encore 300 000 € d’économies, c’est inéluctable. La qualité de l’enseignement ne sera pas remise en cause » assure-t-il, tout en ajoutant « je ne connais pas de structure qui ne puisse pas fonctionner correctement avec 8 % de budget en moins ». Par contre, il se refuse à avancer des pistes d’économies : les agents devront eux-mêmes définir les économies à réaliser.

« Échanges vifs »

Pour le collectif : « Les échanges ont été vifs : les personnels ont tenté d’expliquer que le conservatoire fonctionne déjà à flux tendu, avec des personnels déjà polyvalents et consacrés à 120 % à leur tâche. Les agents ont dénoncé le discours purement comptable de Joël Bruneau […] Nous aurions aimé que vous soyez visionnaire, pas gestionnaire. »

Une proposition

Xavier Le Coutour, élu d’opposition PRG à la mairie de Caen soutient, lui, une solution : « je propose que l’effort soit plutôt mis sur la recherche de recettes supplémentaires qui ne soient pas forcément l’augmentation des tarifs de billetterie… Je propose de travailler sur l’ouverture de l’Orchestre aux quartiers de la Ville dont peu d’habitants viennent aux concerts, ce qui pourrait apporter les crédits de la Politique de la Ville. Je propose aussi de travailler sans tarder sur l’appel à projet du Ministère de la Culture qui a débloqué il y a 3 semaines 8 millions d’euros pour les Conservatoires Régionaux. Les équipes du Conservatoire ont montré leur dynamisme avec l’accueil de plus de 300 élèves en situation de handicap ou encore en créant avec succès les “Concerts du mardi”… Alors continuons sur cette voie plutôt que sur celle du coup de rabot ! »

Alors que les « personnels travaillent à penser l’avenir – malgré les difficultés – de leur établissement », l’assemblée générale du mardi 24 mai  devrait statuer sur les suites du mouvement.

Revue de presse : Liberté bonhomme, 24 mai 2016

http://www.libertebonhomme.fr/2016/05/24/conservatoire-de-caen-la-proposition-de-xavier-le-coutour-pour-trouver-de-l-argent/

Conservatoire de Caen. La proposition de Xavier Le Coutour pour trouver de l’argent

Murielle Bouchard

Depuis le mois de Mars, les salariés du conservatoire de Caen s’inquiètent pour son avenir. Devant le manque de moyens , Xavier Le Coutour élu d’opposition suggère une solution.

conservatoire1-630x0

Fin mars, les professeurs du Conservatoire alertaient via un premier mouvement de grève sur les menaces qui pèsent.

Une assemblée générale doit avoir lieu ce jour pour définir les suites du mouvement du personnel du Conservatoire de Caen. Depuis le mois de mars, de nombreux mouvements de grèves ont été organisés pour alerter sur les menaces qui pèsent sur ce conservatoire.

Joël Bruneau a reçu les salariés la semaine dernière. Et ce jour, Xavier Le Coutour, élu d’opposition PRG soutient une solution. ” La recherche d’économies” demeure la seule direction voulue par Mr. Bruneau pour le Conservatoire et l’Orchestre. Je propose que l’effort soit plutôt mis sur la recherche de recettes supplémentaires qui ne soient pas forcément l’augmentation des tarifs de billetterie … Je propose de travailler sur l’ouverture de l’Orchestre aux quartiers de la Ville dont peu d’habitants viennent aux concerts, ce qui pourrait apporter les crédits de la Politique de la Ville. Je propose aussi de travailler sans tarder sur l’appel à projet du Ministère de la Culture qui a débloqué il y a 3 semaines 8 millions d’euros pour les Conservatoires Régionaux. Les équipes du Conservatoire ont montré leur dynamisme avec l’accueil de plus de 300 élèves en situation de handicap ou encore en créant avec succès les “Concerts du mardi”… Alors continuons sur cette voie plutôt que sur celle du coup de rabot !”

Revue de presse : Ouest-France, 21 mai 2016

Économies au Conservatoire : pas encore de piste

Pauline Stefanini

Le personnel du Conservatoire lutte depuis 2 mois contre les coupes budgétaires. Il avait rendez-vous avec Joël Bruneau, président de Caen-la-Mer, et Marc Pottier, chargé de la culture à l’Agglo.

20160521_111619

Le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre tiendra une assemblée générale, mardi, pour définir les suites du mouvement

300 000 €, non négociable

Le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen reste catégorique : « Ce projet d’économie met en péril le fonctionnement du Conservatoire, écrit-il dans un communiqué, hier. Toucher un rouage du système met en péril l’ensemble de la structure. »

« Ce n’est pas la volonté de l’agglomération », répète Marc Pottier, pour qui « le maintien d’un Conservatoire d’excellence est fondamental ».

Pareil pour l’Orchestre, « dont la programmation et la saison seront maintenues ».

Comment faire des économies ?

« Joël Bruneau se refuse à avancer des pistes d’économies », rapporte le collectif.

« Nous ne voulons pas imposer de solutions, justifie Marc Pottier. Elles devront émerger à l’issue d’une réflexion partagée, lors de réunions de travail impliquant le personnel du Conservatoire-Orchestre. »

Où trouver des subventions ?

Constituer un Pôle supérieur d’enseignement artistique normand, avec une association entre Caen et Rouen ? « Cela pourrait permettre d’envisager une participation financière de l’État », a avancé le collectif pendant la réunion. « Cela peut faire partie des pistes à étudier », confirme Marc Pottier.

Gagner des recettes ?

« Joël Bruneau affirme que des économies peuvent être réalisées sur la billetterie », rapporte le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre. « Rien n’est décidé, mais nous pourrions envisager de faire payer les places en fonction du quotient familial, par exemple », complète Marc Pottier.

Revue de presse : Liberté bonhomme, 20 mai 2016

http://www.libertebonhomme.fr/2016/05/20/crise-au-conservatoire-de-musique-les-agents-denoncent-le-discours-purement-comptable-de-joel-bruneau/

Crise au Conservatoire de musique : les agents dénoncent « le discours purement comptable de Joël Bruneau »

Arnaud Héroult
Mercredi 18 mai 2016, Joël Bruneau, maire de Caen et président de Caen la mer a reçu les personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen dans la salle du conseil communautaire.

cp2016-05-20-pdf-google-chrome-630x0


Les personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen dans la salle du conseil de Caen la mer mercredi 18 mai 2016

Depuis le mois de mars, le personnel du Conservatoire de musique de Caen s’inquiète de l’avenir de la structure, après l’annonce de la baisse importante du montant de la subvention.

Après une rencontre avec le maire de Caen, mercredi 18 mai, dans un communiqué, le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen relève que Joël Bruneau évoque :

« Encore 300 000 € d’économies, c’est inéluctable. La qualité de l’enseignement ne sera pas remise en cause » assure-t-il, tout en ajoutant « je ne connais pas de structure qui ne puisse pas fonctionner correctement avec 8 % de budget en moins ». Par contre, il se refuse à avancer des pistes d’économies : les agents devront eux-mêmes définir les économies à réaliser.

Pour le collectif :

Les échanges ont été vifs : les personnels ont tenté d’expliquer que le conservatoire fonctionne déjà « à flux tendu », avec des personnels « déjà polyvalents » et « consacrés à 120 % à leur tâche ». « Toucher un rouage du système met en péril l’ensemble de la structure. En supprimant des postes d’accueil du public, vous touchez à la qualité de l’enseignement » ont-ils tenté, en vain, de faire comprendre au président de Caen la mer. Les agents ont dénoncé le discours purement comptable de Joël Bruneau […] Nous aurions aimé que vous soyez visionnaire, pas gestionnaire », ont-ils asséné.

AG mardi 24 mai

L’assemblée générale du 24 mai 2016 statuera sur les suites du mouvement.

Revue de presse : Musicologie.org, 15 mai 2016

http://www.musicologie.org/16/l_orcherstre_debout_joue_pendant_le_global_debout.html

L’orchestre debout joue pendant « Global Debout » le dimanche 76 mars à Caen

Caen, 15 mai 2016, par Alain Lambert

conservatoire_caen_1

L’Orchestre Debout de Caen en répétition le 69 mars devant le Conservatoire. Photographie © Claude Boisnard

Tous les dimanches, depuis le premier mai, s’il fait beau, un orchestre éphémère, ouvert à tous les musiciens, se réunit à 19h sur le parvis du conservatoire de Caen, pour répéter deux ou trois  morceaux, avant de gagner la place de Mars, anciennement Saint-Sauveur, pour rejoindre les participants de Nuit Debout, et rejouer leur mini-programme, debout.

Hier dimanche 76 mars, alors que les musiciens de la KIC, le collectif des intermittents du Calvados, jouent assis dans un coin de la place, alors que d’autres, groupés en rond, débattent de la nocivité des marchés transatlantiques, la quinzaine de musiciens de l’orchestre debout s’installe plus bas. Une Danse hongroise de Brahms, un Toréador de Bizet en forme de mise en garde, et en rappel le premier morceau bissé.
Puis les musiciens discutent avec les spectateurs.

Car depuis fin mars, le conservatoire est en lutte contre les projets drastiques de la mairie et de l’agglo de Caen, avec en moments forts deux grèves le 30 mars et le 19 avril avec son concert aménagé [voir le message d’Isabelle], la perturbation fin avril du conseil communautaire de Caen la mer [voir leur revue de presse]. Sans oublier une pétition urgente, pour atteindre les 5000 signatures [voir la pétition].

Au début du concert du mardi 10 mai au conservatoire de Caen les personnels ont lu, par la voix de leur représentant, un texte pour expliquer  les raisons de leur colère depuis plus d’un mois, malgré les déclarations prétendument rassurantes de Joël Bruneau, le maire de Caen :

conservatoire_caen_2

L’orchestre Debout de Caen le 76 mars, place de Mars à Caen.

en effet, une économie de 300 000 à 400 000 € est toujours d’actualité pour l’année prochaine, mettant en péril cet ensemble pédagogique et de diffusion dans son intégrité et sa spécificité… Si des négociations ont débuté, suite aux revendications que nous avons réussi à faire entendre, aucune assurance, à ce jour, d’un maintien réel et solide de la structure Conservatoire-Orchestre de Caen sur la base de ce qui existe actuellement, ne nous est encore parvenue de la part de nos élus… Nous ne sommes pas, par principe, contre des évolutions de la structure Conservatoire-Orchestre de Caen, nous ne sommes pas, par principe, contre les idées, nous réclamons même la possibilité d’avoir des idées, et de la pensée, un peu visionnaire, car ça ne ferait pas de mal, et non juste des calculs comptables. Nous refusons ce lieu commun des économies soi-disant « nécessaires » (nous rappelons qu’il y en a déjà eu depuis deux ans, et non négligeables), nous refusons de voir l’orchestre mourir à petit feu, nous refusons de voir notre enseignement prendre le risque de se déliter vers ce qui pourrait s’apparenter à de la simple animation. Alors, oui, nous sommes dans un refus. Mais derrière ce non se cache une affirmation. Nous disons oui à une culture vivante faite par des artistes vivants, oui à une diffusion au plus grand nombre, oui à un enseignement exigeant mais de qualité, oui à un orchestre symphonique, oui aux spectacles de danse, de théâtre, aux concerts tous les mardis… [lire le discours complet]

Dans une lettre ouverte publiée fin avril, le collectif des personnels explique que, selon M. Bruneau, un élève au Conservatoire de Caen « coûterait » 4 170 € contre 3 616 € à Nantes, chiffres contredits par un document émanant de Caen la mer daté de 2014, qui évalue ce coût à 3 340 € (d’autant que depuis 2014, les budgets ont baissé [de 8%] et les effectifs ont augmenté).

Et reprocher au conservatoire son élitisme, c’est oublier également que, chaque année, plus de 4 000 enfants de l’agglomération bénéficient d’une sensibilisation à la musique à travers les actions pédagogiques de l’Orchestre de Caen, et les mini-concerts délocalisés pour les familles. Que le pass est de 110€ pour tous les concerts, soit une quarantaine avec l’orchestre de Caen et/ou des invités de qualité. Et de 20€ pour les élèves du conservatoire. Si l’accès à la musique du conservatoire n’est pas facile pour tous, ce n’est pas en augmentant le prix d’entrée et en diminuant sa diffusion qu’on en facilitera l’écoute.

Concrètement, selon le collectif, il n’y aura plus de saison musicale structurée autour de la dynamique des mardis en musique et ce pour une économie dérisoire pour l’agglomération.

Revue de presse : Liberté Bonhomme 12 mai 2016

Au Conservatoire de Caen, la lutte continue

Les personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen ont de nouveau sensibilisé le public à leurs difficultés mardi 10 mai

Après une action spectaculaire lors du concert du 19 avril dernier, les personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen ont voulu à nouveau sensibiliser leur public aux difficultés budgétaires auxquels ils sont confrontés.

Alors que le concert s’apprêtait à commencer, les personnels ont lu, par la voix de leur représentant, un texte pour expliquer à nouveau les raisons de leur colère. Alors qu’ils sont mobilisés depuis plus d’un mois, les choses ont très peu évolué, malgré les déclarations prétendument rassurantes de Joël Bruneau.

En effet, une économie de 300 000 à 400 000 € est toujours d’actualité pour l’année prochaine, mettant en péril cet ensemble pédagogique et de diffusion dans son intégrité et sa spécificité.

Lors de ce discours, fortement applaudi, les personnels ont tenu à rappeler que certes, il y a un refus à la base de cette mobilisation : refus de voir leur orchestre « mourir à petit feu », refus de voir leur « enseignement prendre le risque de se déliter vers ce qui pourrait s’apparenter à de la simple animation ».

Mais à la base de ce refus se cache une affirmation. « Nous disons oui à une culture vivante faite par des artistes vivants, oui à une diffusion au plus grand nombre, oui à un enseignement exigeant mais de qualité, oui à un orchestre symphonique, oui aux spectacles de danse, de théâtre, aux concerts tous les mardis… »

Enfin, le public a été mis à contribution, à travers la pétition en ligne (4 100 signataires à ce jour, https://www.change.org/p/elus-conservatoire-orchestre-de-caen-même-combat) et en les incitant à interpeller leurs élus.

« Ensemble, nous pouvons affirmer : oui à la culture, oui à la Saison musicale de l’orchestre de Caen, oui à l’enseignement artistique de qualité du Conservatoire de Caen. »

Lire le discours complet

Revue de presse : Ouest-France, 30 avril 2016

http://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/le-conseil-communautaire-perturbe-4198178

Le conseil communautaire perturbé

Les syndicats Unsa, Sud Solidaires et CGT ont troublé le conseil communautaire de Caen-la-Mer, qui se tenait hier soir.

le-conseil-communautaire-perturbe

Joël Bruneau, le président de Caen-la-Mer a été accueilli en musique par les trois syndicats Unsa, Solidaires Sud et CGT.

« La communauté d’agglomération va mal et ce n’est pas qu’une question d’argent. » Dorothea Baritsch, porte-parole des trois organisations syndicales Unsa, Sud Solidaires et CGT, de l’agglo, a commencé le conseil communautaire en lisant une lettre ouverte à Joël Bruneau, le président de Caen-la-Mer.

Quelques minutes avant, il est arrivé sous les huées et les tambours d’une partie du personnel de Caen-la-Mer. « Le Conservatoire régional, les installations sportives, la bibliothèque Tocqueville : ces établissements ne sont que des variables budgétaires ! » continue Dorothea Baritsh, qui accuse Joël Bruneau d’opposer le personnel de Caen-la-Mer et celui de la Ville à cause « des restrictions budgétaire ».

Concernant le Conservatoire, le président de l’Agglo a affirmé que le sujet sera « abordé plus tard », c’est-à-dire en mars 2017 au moment du vote du budget 2017-2018.

« Nous réfléchissons pour trouver des pistes d’économie. Mais il n’est pas question de supprimer l’orchestre », a expliqué Joël Bruneau. À cette déclaration, Kevin Garnier, élu CGT, répond : « C’est un semblant de réponse. Il annonce la tenue de groupes de travail sans donner de date. »

L’ensemble de l’opposition a soutenu les salariés du lieu culturel en demandant à Joël Bruneau « de ne pas toucher au Conservatoire car cela aboutira à sa disparition ».

Revue de presse : Liberté bonhomme, 28 avril 2016

Le collectif des personnels adresse une lettre ouverte aux usagers

Le collectif des personnels a adressé une lettre ouverte aux usagers du Conservatoire-Orchestre de Caen et du Centre de ressources handicap musique,danse, théâtre. Une lettre qui fait suite aux propos de Joël Bruneau rapporté dans notre article la semaine passée.

« Suite aux déclarations prétendument rassurantes de MM Joël Bruneau, président de Caen la mer et Marc Pottier, vice-président en charge des affaires culturelles, nous souhaitons apporter quelques précisions Le ton général de cette lettre semble effectivement vouloir indiquer qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour l’avenir du Conservatoire-Orchestre de Caen, que « l’affolement » des personnels ne se justifie pas, qu’elle dramatise inutilement le contexte, car Caen la mer est attachée a cette structure La qualité et la cohérence de cet établissement ainsi que sa spécificité sont reconnues, c’est écrit noir sur blanc, mais car il y a un mais, cela coûte trop cher il faut faire des économies.

De notre point de vue, la situation reste donc très alarmante Car ces économies nous emmènent à un effet de seuil on ne peut faire marcher un « navire amiral » s’il n’y a plus assez de carburant, plus assez de pilotes, de techniciens, etc. Il reste à quai.

Si l’on rentre dans les détails des « annonces » de cette lettre, un certain nombre d’éléments avancés dans la lettre justifient une légitime inquiétude :

« La collectivité consacre plus de 7 millions d’euros (montant prévisionnel 2016) par an à cette institution, aux services et aux offres qu’elle propose ». ll faut rappeler ici haut et fort que des efforts budgétaires considérables ont été accomplis depuis deux ans (une dizaine de postes supprimés, budget à la baisse 570 000 € de moins entre 2014 et 2016, soit près de 8 % du budget).

« La vocation pédagogique du Conservatoire est une priorité pour notre collectivité ». C’est oublier que pour un élève assister aux concerts (à des tarifs défiant toute concurrence) fait partie de sa formation , bénéficier des master-classes dispensés par les artistes invités reconnus fait partie de sa formation , – assister aux avant-concerts (« M+ ») fait partie de sa formation , – participer aux M+ en tant qu’instrumentiste, chanteur, comédien, danseur fait partie de sa formation , se produire dans des conditions artistiques optimales, encadrés par une équipe pédagogique et technique de qualité fait partie de la formation proposée par le Conservatoire de Caen.
C’est oublier également que, chaque année, plus de 4000 enfants de l’agglomération bénéficient d’une sensibilisation à la musique à travers les actions pédagogiques de l’Orchestre de Caen.

Derrière le flou du terme « schéma d’agglomération » est évoquée la possibilité d’une mutualisation des enseignements artistiques sur les 35 communes de Caen la mer Premièrement, cette mutualisation repose sur une spéculation sur la mise en réseau des écoles de musique de Caen la mer, ce qui supposera d’office une harmonisation tari-faire, sans doute au désavantage des élèves et des familles Deuxièmement, nous ne sommes pas opposés à un travail de mise en réseau, à la seule condition que cette mise en réseau ne se fasse pas n’importe comment et soit élaborée par les personnels du Conservatoire et les acteurs sur le territoire (directeurs et professeurs des établissements d’enseignement artistique de l’agglomération) Sans cela, cette mutualisation risque de conduire à une organisation aberrante de l’offre culturelle sur l’agglomération.

Selon M Bruneau, un élève au Conservatoire de Caen « coûterait » 4 170 € contre 3 616 € à Nantes Ces chiffres sont contredits par un document émanant de Caen la mer daté de 2014, qui évalue ce coût à 3 340 € (et depuis 2014, les budgets ont baissé et les effectifs ont augmente ) Concrète-ment, il n’y aura plus de saison musicale structurée autour de la dynamique des mardis en musique et ce pour une économie dérisoire pour l’agglomération.

Joël Bruneau souhaite proposer une « offre pédagogique de qualité, diversifiée, accessible au plus grand nombre et une diffusion musicale et artistique au rayonnement pour tout le territoire de Caen la mer » Cela peut-il se faire en réduisant drastiquement les budgets ? Y aura-t-il encore un spectacle de danse ? Pourra-t-on organiser les auditions dans les auditoriums ? Qu’en sera-t-il des projets transversaux qui donnent sens a la formation des élèves, de vos enfants ? Nous avons toujours été ouverts aux discussions sur les évolutions du Conservatoire et de l’Orchestre de Caen.

Aujourd’hui encore, nous souhaitons dialoguer avec les élus et la Direction de la Culture, mais regrettons que pour ce faire, seul le dépôt d’un préavis de grève permette de rencontrer les décideurs. La baisse budgétaire ne peut être le seul cap d’une politique culturelle et éducative À travers cet attachement au service public de qualité que représente le conservatoire, c’est bien votre intérêt et celui de vos enfants que nous défendons ».

Revue de presse : Normandie actu, 2 mai 2016

http://www.normandie-actu.fr/conservatoire-et-orchestre-de-caen-pourquoi-les-professeurs-et-les-eleves-se-mobilisent_200286/

Conservatoire et Orchestre de Caen. Pourquoi les professeurs et les élèves se mobilisent ?

Manon Loubet

La Communauté d’agglomération Caen la Mer prévoit des coupes budgétaires pour le Conservatoire et l’Orchestre de Caen (Calvados). Les professeurs et les élèves sont inquiets.

20160325_164318

Deux grèves ont secoué le Conservatoire de Caen (Calvados) les 30 mars et 19 avril 2016. Les personnels et les élèves sont inquiets des coupes budgétaires prévues par la Communauté d’agglomération Caen la Mer.

Dans le nouveau projet de la Communauté d’agglomération Caen la Mer, une coupe budgétaire à hauteur de 400 000 euros sur un budget total de sept millions d’euros pourrait concerner le Conservatoire et l’Orchestre de Caen (Calvados). Ce qui inquiète fortement les 150 salariés du Conservatoire, dont 90 professeurs de musique, ainsi que les 1 700 élèves. Deux grèves historiques ont perturbé le Conservatoire, les 30 mars et le 19 avril 2016. Une pétition en ligne a été signée par plus de 4 000 personnes et les personnels (administratifs, techniques, enseignants, artistes) du Conservatoire se sont rassemblés dans un collectif. Rencontre avec Dorothea Baritsch, professeur de violon au Conservatoire, membre du comité technique et déléguée syndicale UNSA.

Normandie-actu : Pourquoi les personnels du Conservatoire et de l’Orchestre de Caen se mobilisent depuis plusieurs mois ?
Dorothea Baritsch, déléguée syndicale UNSA :
Cela fait déjà deux ans que nous sommes soumis à des baisses drastiques de budget. Nous avons déjà dû économiser près de 250 000 euros entre 2014 et 2016, en ne remplaçant pas les départs à la retraite et en nous serrant la ceinture. Le Conservatoire se voit encore menacé de nouvelles coupes budgétaires. La Communauté d’agglomération veut supprimer 400 000 euros à un budget annuel qui s’élève à sept millions d’euros. Cela fait une baisse d’environ 10% et met en péril la mission de service public du Conservatoire. Si cette coupe budgétaire est vraiment réalisée, je ne sais pas ce que l’on va devenir…

Pourquoi avez-vous des craintes particulières pour l’Orchestre de Caen ?
L’Agglomération nous a fait comprendre que les économies devaient être faites sur l’Orchestre, qui joue au Conservatoire tous les mardis soirs. Pourtant, cette saison fonctionne bien avec 52 manifestations dans l’année. Et l’Orchestre ne coûte pas très cher, environ un million d’euros, car la plupart des musiciens qui jouent dedans sont des professeurs du Conservatoire. L’Orchestre est essentiel pour ouvrir le Conservatoire vers l’extérieur. Le Conservatoire et l’Orchestre sont indissociables. Cela permet également aux élèves de voir leurs professeurs jouer. C’est très important pour notre pédagogie.

Deux grèves ont secoué le Conservatoire en mars et avril 2016. Où en êtes-vous dans vos négociations avec Caen la Mer ?
Nous avons une rencontre avec les élus de l’Agglomération, mardi 3 mai 2016. Notre but est de sauver la saison de l’Orchestre de Caen avec les concerts hebdomadaires du mardi. Nous aimerions aussi faire baisser le montant de la coupe budgétaire prévue et être impliqués dans la réflexion sur les restrictions budgétaires. Mais si rien n’avance, on n’hésitera pas à redéposer un préavis de grève, puisque c’est le seul moyen de les contraindre à négocier avec nous.
Nous sommes bien conscients que l’État a baissé les subventions aux collectivités et qu’il faut faire des économies. Mais il faut faire des économies efficaces et pas supprimer comme ça, du jour au lendemain, un orchestre. La culture est nettement visée dans les politiques en place. La Ville préfère par exemple payer des caméras de vidéosurveillance plutôt que conserver son Conservatoire…

Le Conservatoire de Caen a une vocation régionale. Quel est son avenir avec la nouvelle Normandie ?
Les collègues de Rouen (Seine-Maritime) nous ont soutenu récemment dans une lettre ouverte. Il font eux aussi face à des réductions de budget. Nous n’avons pas encore entendu parler de réunification avec Rouen, mais c’est encore une inquiétude que l’on peut avoir. Les élèves du Conservatoire de Caen proviennent de l’agglomération mais aussi des trois départements de l’ex-Basse-Normandie. Nous devons exister à Caen.

Revue de presse : Ouest France, 26 avril 2016

http://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/conservatoire-une-lettre-ouverte-suite-aux-declarations-du-maire-4187539

Conservatoire. Une lettre ouverte à la suite des déclarations du maire

conservatoire-une-lettre-ouverte-suite-aux-declarations-du-maire

Le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen a diffusé une lettre ouverte, pour « apporter quelques précisions » et contester certaines déclarations du maire.

À la suite des déclarations de Joël Bruneau, maire de Caen et président de la communauté d’agglomération, dans un courrier daté du 17 avril 2016, le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen a souhaité réagir dans une lettre ouverte datée du 22 avril.

Selon le collectif, « un certain nombre d’éléments avancés dans la lettre justifient une légitime inquiétude ». Par exemple ? « La mise en place d’un schéma d’agglomération en faveur du développement des enseignements artistiques, en lien avec l’ensemble des collectivités impliquées sur cette offre, afin de parvenir à une structuration cohérente », annoncée par Joël Bruneau.

Une mutualisation des enseignements ?

Pour le collectif, cela signifie « la possibilité d’une mutualisation des enseignements artistiques sur les 35 communes de Caen-la-Mer. » Ce qui entraînerait une harmonisation tarifaire « sans doute au désavantage des élèves et des familles », regrette le collectif.

Dans sa lettre, Joël Bruneau explique que le budget global rapporté à l’élève inscrit à Caen est « significativement plus élevé que bien d’autres conservatoires à rayonnement régional. »

Une annonce que le collectif conteste. « Ces chiffres sont contredits par un document émanant de Caen-la-Mer daté de 2014, qui évalue ce coût à 3 340 €. Depuis 2014, les budgets ont baissé et les effectifs augmentés. »

Un collectif pour l’enseignement artistique normand ?

Ce mardi 26 avril, le Conservatoire de Caen a reçu le soutien d’une vingtaine d’établissements de l’agglomération rouennaise. « À travers une lettre, signée par l’intersyndicale, les personnels ont également appelé à une convergence des luttes à travers la création d’un Collectif pour l’enseignement artistique normand », mentionne le communiqué envoyé, hier, par le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen.